Isoler le plafond des sous-sols

Isoler le plafond des sous-sols est une des mesures les plus faciles à mettre en œuvre, parmi les plus rentables. Il y a tout de même quelques pièges à éviter…

CONTENU

L'isolation du plafond des sous-sols, indépendante du reste de l'enveloppe du bâtiment, ne nécessite en principe pas d'autorisation de construire. Elle peut a priori être réalisée sans nécessairement entreprendre une analyse complète de tous les composants de l’enveloppe et des installations techniques, dans le contexte d’une approche globale. Comme une vision d'ensemble est toujours préférable avant d'entreprendre des travaux, il est recommandé de commencer par faire établir un audit énergétique de manière à bénéficier des conseils adéquats, notamment en lien avec d’éventuelles subventions liées à une telle mesure (cf. ci-dessous).

L'épaisseur de l’isolation à rajouter au plafond des sous-sols dépend de l'isolation déjà en place (au plafond ou dans la chape du plancher du dessus), de la hauteur disponible et bien sûr de la qualité de l'isolant choisi.

Un expert du domaine vous conseillera sur le type d'isolant le mieux adapté à la situation ainsi que sur l'épaisseur nécessaire pour respecter les exigences légales prescrites pour une rénovation (exigences énergétiques pour les bâtiments, voir justificatifs énergétiques). Comme ordre de grandeur, sachez que pour un isolant standard (lambda 0.040 W/mK) cette épaisseur représente de 12 à 14 centimètres.

L'isolation du plafond des sous-sols peut être réalisée de deux manières :

  • avec un isolant classique (panneau en polystyrène expansé EPS, panneau en polystyrène extrudé XPS, panneau en polyuréthane PIR ou PUR, laine minérale, etc.) fixé au plafond. Comme la plupart de ces isolants sont colorés (bleu, jaune, rose, vert) on applique en principe une couche de finition (peinture ou crépi).
  • avec un isolant spécifique pour les plafonds des sous-sols (fournis par exemple par Dietrich Unitex, Isover Thermo-Plus, Flumroc Topa, etc.). Ces panneaux sont un peu plus chers en fourniture, mais bénéficient d’une couche de finition intégrée.

Attention aux éventuelles exigences et directives particulières de protection incendie (disposition, construction, choix des matériaux, etc.) fixées notamment aux chaufferies, aux voies d’évacuation, aux parkings souterrains, etc.

Astuce :

L’isolation du plafond des sous-sols n’engendre pas de contrainte particulière. Il faut simplement s’assurer que l’isolant soit de bonne qualité (un matériau au bénéfice d’une faible valeur lambda nécessite une épaisseur d’isolation réduite), qu’il résiste bien à l'humidité (p.ex. dans une cave), qu’il soit bon marché, avec une surface blanche intégrée, ce qui réduit les coûts puisqu’aucune couche de finition supplémentaire n’est nécessaire. A priori le matériau choisi ne doit satisfaire à aucune exigence de résistance au feu particulière. Certains produits comme le Swisspor Lambda White 031 ou le Gonon GoIntegral 030 remplissent tous ces critères.

 

Isoler le plafond des sous-sols, facile à mettre en œuvre et déductible fiscalement, permet de réduire la puissance nécessaire pour le chauffage, diminue les pertes et favorise les économies d’énergie, réduit les frais de chauffage, améliore grandement le confort dans les pièces au-dessus. 

Le coût d’une telle isolation comprend : la fourniture de l'isolant, le travail de pose et l'éventuelle couche de finition (peinture ou crépi).

Selon les matériaux, les coûts approximatifs pour la seule fourniture d’une isolation correspondant à une valeur U de 0.25 W/m2K (soit environ 14 cm) se montent à :

  • polystyrène expansé (EPS) : CHF 35-45.-/m2 (bonne résistance à l'humidité) ;
  • polystyrène extrudé (XPS) : CHF 45-55.-/m2 (bonne résistance à l'humidité, bonne résistance mécanique) ;
  • laine de verre ou laine de roche avec revêtement blanc : CHF 70-90.-/m2 (résistance au feu, idéal dans un parking ou dans un chemin de fuite) ;
  • panneau isolant multicouche (parement en laine de bois lié au ciment, intérieur en EPS ou en laine minérale) : CHF 100-120.-/m2.

Le coût de la pose peut être estimé à CHF 80-100.-/heure soit CHF 40-50.-/m2 en moyenne. Le coût de la couche de finition représente environ CHF 25-35.-/m2.

L’enveloppe budgétaire à prévoir pour ce type de travaux dépendra de nombreux critères tels que l’accessibilité, l’état du support, le type d'isolant, le type de finition, le nombre de découpes, etc. Une demande d’offre effectuée auprès d’un professionnel et intégrant une visite sur place, est vivement recommandée parce qu’elle permettra de cibler précisément l’ampleur financière des travaux.

Une telle mesure, individuelle, constitue une des mesures parmi les plus rentables. Elle ne bénéficie toutefois pas de subventions directes du Programme Bâtiments. En revanche, comme ces travaux d’isolation améliorent l'étiquette énergétique d’un bâtiment, ils pourraient favoriser un accès à des aides financières au travers du programme [Amélioration de la classe CECB (M-10)].

Voir aussi l’article « Bénéficier de subventions».

La première chose à faire consiste à établir un audit énergétique, intégrant notamment de tels travaux. Selon les variantes proposées dans cet audit, il s’agira ensuite d’effectuer des demandes d’offres et éventuellement une demande de subvention ciblée. Les travaux ne peuvent pas démarrer avant d'avoir reçu la décision officielle de subventionnement, et après leur réalisation, il ne faut pas oublier d’effectuer la demande de versement de la subvention.

Voir l'article «optimiser mes impôts».

Voir l’article «Qui peut m’aider ?».