Communiqué de presse

Annelore Sarbach est la lauréate du Prix culturel 2019 du canton du Valais

28/05/2019 | Service de la culture

La comédienne Annelore Sarbach reçoit le Prix culturel 2019 de l’Etat du Valais. Les Prix d’encouragement vont à trois jeunes talents : l’historienne Jasmina Cornut, le danseur Simon Crettol et le musicien Andreas Zurbriggen. Le Prix spécial est décerné aux deux architectes Carole Pont et Céline Guibat du bureau Mijong. La cérémonie de remise des prix se tiendra en novembre 2019 dans le Haut-Valais.

La lauréate 2019 du Prix culturel de l’Etat du Valais est née à Naters. Annelore Sarbach est une comédienne renommée qui travaille depuis de nombreuses années sur la scène artistique germanophone à Bâle, Berlin, Berne, Bochum, Munich ou encore Zurich. Formée à la Schauspiel-Akademie de Zurich, elle a ensuite travaillé au Schauspielhaus Zürich, au Thalia Theater à Zurich, au Thalia Theater à Hambourg, au Schauspielhaus Frankfurt, au Schauspielhaus Bochum et au Deutsches SchauSpielHaus Hamburg. Elle a collaboré avec d'importants réalisateurs tels que Korn, Düggelin, Breth, Wieler ou Marthaler. Elle a également écrit et mis en scène plusieurs pièces de théâtre. En Valais où elle ne cesse de développer sa créativité, elle a présenté un théâtre de rue intitulé « Dr Grossvater und Chüö » ; en 1993 elle a mis en scène sa pièce « Kattock » au Kellertheater Brig ; en 2006, « Huis Clos » de Jean-Paul Sartre au théâtre La Poste de Viège ; en 2016, elle a joué « Faut pas payer ! » de Dario Fo au Zeughaus Kultur Brig et en 2018 « Tür auf, Tür zu » d’Ingrid Lausund au Kellertheater Brig. Elle a obtenu différents rôles au cinéma et à la télévision. Annelore Sarbach est une artiste polyvalente qui a déjà été honorée de plusieurs prix (Prix d’encouragement du canton du Valais en 1986, Prix du Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie en 1988 et Prix de la Culture de la municipalité de Brig-Glis en 1998).

Prix d’encouragement à trois jeunes artistes de talent
Jasmina Cornut (*1987) a suivi un cursus académique en histoire et français à l’Université de Lausanne, où elle a reçu un prix de la Faculté des Lettres pour son travail de mémoire intitulé « Parenté dans l’élite valaisanne des Lumières : la famille de Courten, entre stratégies, solidarité et amour ». Depuis 2013, elle travaille à une thèse de doctorat sur le thème des femmes d'officiers militaires en Suisse. Elle est membre du comité de rédaction de la « Revue vaudoise de généalogie et d’histoire des familles » ainsi que de l’association Via Mulieris qui promeut les recherches historiques sur les femmes en Valais. Depuis 2017, elle travaille également comme intendante et historienne au Domaine de La Doges, siège de la section vaudoise de Patrimoine suisse. Elle est l’autrice d’une vingtaine de conférences et de publications relatives à l’histoire de la famille, des femmes et de la sexualité en Suisse romande.

Jeune chorégraphe et danseur de 26 ans, Simon Crettol s’est formé à La Manufacture (haute école des arts de la scène) à Lausanne où il a obtenu un Bachelor en danse contemporaine en 2018. Pour Simon Crettol, la danse réside dans tout ce qui l’entoure. Danseur de voguing et de waacking (danses du milieu underground dites de clubbing), il a participé à de nombreuses battles en Europe et travaille à faire grandir cette culture en Suisse. La transformation est l’un des sujets principaux que le danseur évoque dans son travail. Aujourd’hui, Simon Crettol enseigne, développe ses formes d'expression lors de résidences, travaille avec des chorégraphes et son collectif OuinchOuinch. Son premier grand solo public, « Raphaël » a été présenté aux Printemps de Sévelin en mars 2019 et sera repris en décembre dans une création au TLH-Sierre.

Andreas Zurbriggen (*1986) est compositeur classique et journaliste musical. Né à Saas-Fee où il vit et travaille actuellement, il a étudié la composition avec Daniel Glaus à la Hochschule der Künste de Berne et la musicologie, l’histoire et l’histoire de l’art à l'Université de Berne. Sa musique se caractérise par une approche renouvelée des matériaux musicaux traditionnels qu’il inscrit dans un contexte contemporain. Ses créations vont de la composition pour piano solo à la composition pour orchestre et choeur. Ses oeuvres ont été présentées dans de nombreux festivals (Forum Valais, Festivals de musique de Berne, de Davos, de Shanghai) et interprétées par d’importantes formations (Ensemble Phoenix Basel, Ensemble Mondrian Basel, Ensemble Tétraflûtes, Orchestre philharmonique de chambre russe de Saint-Pétersbourg).

Le Prix spécial 2019 aux architectes Carole Pont et Céline Guibat
Toutes deux architectes diplômées de l’EPFL, Carole Pont (Sierre, 1975) et Céline Guibat (Lausanne,1977) se sont associées en 2012 pour fonder le bureau d’architecture Mijong, basé à Sion et Zurich. Entourées d’une équipe composée actuellement de neuf collaborateurs, les deux partenaires conçoivent, développent et réalisent une grande variété d’ouvrages dans les deux régions. En 2015, elles se sont par ailleurs lancées dans la médiation architecturale en fondant Archishepherd. Une de leurs réalisations notables en Valais est la réhabilitation du « Café du 1er août » au centre du village de Muraz/Sierre. Leur proposition d’aménagement convivial et intergénérationnel, mais respectueux de l’existant « pour une nouvelle centralité à Muraz », répond en effet très heureusement à la problématique d’aménagement de l’espace public essentielle au bien-être de tout un chacun.

Remise des Prix culturels depuis 1980
La création des Prix culturels de l’Etat du Valais remonte à 1980. Ce prix d’un montant de 20'000 francs couronne l’ensemble d’une carrière confirmée et reconnue. Attribués depuis 1982, trois Prix d’encouragement récompensent le travail de jeunes artistes de talent qui se trouvent à un tournant important de leur carrière. Dotés de 10’000 francs chacun, ces prix s’entendent comme un signe de reconnaissance fort, une incitation à poursuivre leur cheminement. Depuis 2011, un Prix spécial doté de 10'000 francs est décerné à des personnes ou à des groupes innovants en matière de médiation ou de réalisation culturelle et qui contribuent par leur travail « en coulisse » au développement culturel du canton. Ces Prix sont alloués par le Conseil d’Etat, sur proposition du Conseil de la culture.

Communiqué

Portraits