Communiqué de presse

Le Valais prend soin de ses châtaigniers

18/10/2013 | Service des forêts, des cours d'eau et du paysage


IVS).-. En cette période propice aux brisolées, le conseiller d’Etat Jacques Melly, chef du Département en charge des forêts, appelle les collectivités publiques et les particuliers à collaborer au programme de restauration des châtaigneraies du Canton. L’objectif est de préserver ces peuplements faisant partie du patrimoine cantonal, mais aussi de lutter au mieux contre les parasites qui le menacent. Le Valais est l’un des cantons suisses comptant le plus de châtaigniers après le Tessin.

 

Les châtaigneraies suscitent un regain d’intérêt : de plus en plus de communes valaisannes souhaitent valoriser ce patrimoine séculaire. L’évolution du mode alimentaire et les mutations du milieu agricole ont entraîné leur abandon progressif au profit d’autres cultures plus rentables. Possibilité est toutefois offerte aux collectivités publiques et aux particuliers qui souhaitent restaurer leurs châtaigneraies de bénéficier du soutien du Service des forêts et du paysage (SFP) et de la Confédération. Un programme de valorisation de ce mode de culture traditionnelle a en effet été lancé par l’Office fédéral de l’environnement (OFEV).

 

«Nous nous sommes engagés pour 2012 à 2015 à restaurer 15 hectares de châtaigneraies sur les 157 hectares du canton ; depuis 2002, une centaine d’hectares ont déjà été réhabilités » relève Jacques Melly. Les travaux consistent à éliminer les plantes et arbres concurrents qui se sont installés dans les châtaigneraies délaissées par leurs propriétaires. L’accès à la cueillette et à la promenade est ainsi facilité. Les châtaigniers sont taillés ou greffés. De nouveaux arbres sont aussi replantés : avec le soutien du Groupement chablaisien des propriétaires de châtaigneraies (GCPC), 586 nouveaux châtaigniers ont été replantés depuis 2002 dans la région du Bas-Valais et 140 dans le Haut-Valais.

 

Parasites dangereux

 

La restauration des châtaigneraies visent aussi, dans la mesure du possible, à lutter contre les parasites qui attaquent ces arbres, tel le chancre. En revanche le cynips, une guêpe chinoise qui cause l’apparition de galles sur les jeunes pousses du châtaignier et affaiblit l’arbre, ne peut pour l’instant pas être éradiqué même s’il se propage de manière inquiétante. Les travaux de restauration en cours ont permis de dresser une cartographie précise des châtaigneraies valaisannes. Si elles se situent principalement dans le Chablais, elles couvrent toutefois l’ensemble du territoire cantonal.

Communiqué pour les médias