Retour

Enquête sur les hospitalisations hors canton par libre choix

24.03.2017 | Conférence de presse | Service de la santé publique

A la demande du Grand Conseil, le Département de la santé, des affaires sociales et de la culture (DSSC) a mandaté l’institut M.I.S. Trend S.A. afin de réaliser une enquête sur les hospitalisations hors canton consécutives à un libre choix. Cette enquête révèle que les patients valaisans optent généralement pour une hospitalisation hors du Valais sur conseil de leur médecin. Pour freiner l’augmentation des hospitalisations hors canton, le DSSC a décidé de sensibiliser les médecins aux prestations disponibles en Valais. Une information plus complète envers les patients est également nécessaire.

Le taux d’hospitalisation hors canton du Valais est inférieur à celui des autres cantons romands ne disposant pas d’hôpital universitaire. Cependant, plus de 5'000 Valaisannes et Valaisans se font hospitaliser chaque année hors canton. Pour chacune de ces hospitalisations, le canton paie 55% de la facture, soit un montant annuel d’environ 50 millions de francs. Près de la moitié de ces hospitalisations auraient pu être effectuées en Valais, la prestation y étant disponible. Afin de déterminer les raisons de ces hospitalisations hors canton par libre choix, le DSSC a demandé à l’institut de recherches économiques et sociales M.I.S. Trend de réaliser une enquête. Celle-ci a porté sur les patients valaisans ayant été hospitalisés en 2014 et/ou 2015 hors canton, alors que la prestation était disponible en Valais. Le taux de réponse a été de 39.4 % (1'680).

Résultats de l’enquête

Plus de la moitié des personnes ayant répondu au questionnaire (52 %) ont été hospitalisées hors canton suite au conseil de leur médecin. Dans le Haut-Valais, ce pourcentage atteint 55 %. Plus d’un tiers (37 %) l’a décidé seul.

Un tiers des personnes (35 %) estiment ne pas avoir été informées de toutes les possibilités offertes en Valais. C’est particulièrement le cas dans le Chablais où l’information fait défaut pour 44 % des personnes. L’impact d’une meilleure information serait néanmoins limité, puisque seuls 27 % des personnes n’ayant reçu aucune information auraient renoncé à une hospitalisation hors canton si elles avaient su que l’opération était possible en Valais. Par ailleurs, 79 % (1'327) de tous les répondants choisiraient à nouveau une hospitalisation hors canton si la situation se représentait (59 % sans hésitation et 20 % plutôt oui mais y réfléchirait).

L’enquête révèle encore que 73 % des 1'206 personnes ayant déjà été hospitalisées en Valais ont été satisfaites de leur prise en charge dans notre canton. Les jeunes sont les moins satisfaits.

Mesures à mettre en œuvre

Sur la base de ces résultats, le DSSC a formulé plusieurs recommandations qui devront être mises en œuvre par les médecins, les hôpitaux et le canton. Favoriser la prise en charge hospitalière en Valais implique notamment de sensibiliser les médecins en cabinet aux prestations disponibles dans le canton, de les inciter à en informer leurs patients quand la situation le permet, mais aussi de renforcer la collaboration entre établissements hospitaliers valaisans et d’améliorer leur image, en particulier auprès des jeunes. L’information sur le financement des hospitalisations hors canton devra également être améliorée.

GALERIE PHOTOS

 

Téléchargements