Dialogue FMEP

Active depuis 75 ans

La Fédération des Magistrats, des Enseignants et du Personnel de l’Etat du Valais (FMEP) défend les intérêts de ses membres depuis 75 ans. A la fin octobre, la fédération a fêté cet anniversaire lors de son assemblée des délégués, qui s’est tenue à Loèche-les-Bains et à laquelle le Conseil d’Etat tout entier a assisté.

Dans son discours d’ouverture, la présidente Marylène Volpi Fournier est notamment revenue sur certains succès que la FMEP a pu obtenir depuis sa fondation en 1943. L’introduction progressive d’un treizième salaire dès 1990, par exemple, est un des jalons de son histoire. La FMEP ne compte toutefois pas se reposer sur ses lauriers, car les défis à relever sont assez nombreux, a souligné la présidente.

Actuellement, la restructuration de la caisse de pension des employés de l’Etat est un des plus importants dossiers de la Fédération. La FMEP est en grande partie d’accord avec la solution retenue par le Conseil d’Etat. Toutefois, elle s’oppose à toute autre réduction faite au détriment des employés et elle continuera à lutter contre celles-ci, un point qui a également été souligné lors de l’assemblée des délégués. Enfin, l’Etat du Valais veut continuer d’être perçu à l’avenir comme un employeur attrayant et responsable. Ce facteur a lui aussi son importance dans le recrutement de nouveaux collaborateurs, a poursuivi la présidente. Comme l’ont souligné les membres du Conseil d’Etat lors de l’assemblée des délégués, il devient toujours plus difficile de trouver du personnel qualifié, en particulier des enseignants primaires et des ingénieurs. Ce phénomène concerne aussi les postes de cadres et de spécialistes. Aujourd’hui, environ 40% des offres d’emploi de l’Etat attirent moins de dix candidats. La FMEP appelle donc le Conseil d’Etat à revoir sa politique en matière de personnel.

François Bétrisey, membre de longue date, a déclenché quelques rires dans la salle. Dans un discours truffé d’humour et d’anecdotes, il a retracé cinquante ans d’affiliation à la FMEP. Au cours de leur dialogue avec le journaliste Luzius Theler, les deux conseillers d’Etat Roberto Schmidt et Christophe Darbellay ont également bien diverti l’assemblée qui assistait aux 75 ans de la fédération.

 

 
 

La FMEP a célébré son 75e anniversaire lors de son assemblée des délégués.



 

       

 

 

 

Interview avec les responsables de la FMEP

 

Urs Zenhäusern, directeur Marylène Volpi Fournier, présidente

 

 

Dans d’autres cantons, les employés de l’Etat descendent parfois dans la rue pour manifester. Ce n’est pas la culture en Valais, pourquoi?

Fondée avec le soutien actif du Conseil d’Etat de l’époque, alors sous la présidence de Cyrille Pitteloud, la FMEP vit depuis 75 ans un véritable partenariat social avec l’Etat du Valais. Ensemble, nous prônons un dialogue constructif dans la recherche des solutions. Chaque partie doit cependant accepter des compromis : parfois l’on gagne, parfois l’on perd. Mais il arrive aussi – et arrivera encore – que chacun bombe le torse. Les conditions de travail actuelles à l’Etat du Valais montrent que cette forme de partenariat social a fait ses preuves, même s’il y a toujours moyen de faire mieux.

Est-il toujours possible aujourd’hui pour une seule et même fédération de défendre des intérêts aussi divers que ceux des enseignants, des employés administratifs ou des cantonniers?

Le concept de fédération unique offre une structure idéale. La FMEP réunit treize associations professionnelles auxquelles sont affiliés 95% des employés d’Etat. Ces associations défendent les intérêts de leur branche, quand la fédération met l’accent sur les intérêts transverses. Dans ce sens, la FMEP agit comme un coordinateur vis-à-vis de l’employeur, de quoi grandement simplifier le travail de ce dernier puisqu’il s’adresse à un interlocuteur unique.

Une convention avec de nouveaux syndicats est en vigueur depuis 2016. Quel regard portez-vous sur cette évolution après deux ans de pratique?

Pour être honnête, jusqu’ici, nous ne pouvons pas dire que cela a été particulièrement intéressant pour les employés d’Etat, conditions de travail s’entendent. Nous craignons même qu’à long terme, ils ne ressentent plus la nécessité de s’affilier à un syndicat ou à une association professionnelle. Beaucoup profiteraient alors de bonnes conditions de travail sans pour autant soutenir l’association qui les défend, contrairement à leurs collègues.

Quel est le plus grand défi actuel pour la FMEP et comment la FMEP compte y faire face?

Pour l’Etat employeur, il est de plus en plus difficile d’embaucher et de fidéliser du personnel qualifié. Sans compter les autres défis qui lui seront posés à l’avenir en matière de recrutement, à savoir la structure d’âge de ses employés, la pyramide des âges de la population en général et la mobilité. Cette évolution, le Conseil d’Etat la ressent au quotidien. Il est donc primordial qu’il joue pleinement son rôle d’employeur attractif et responsable. La politique du personnel ne peut pas dépendre de l’humeur des politiques du Grand Conseil. Il incombe à ce dernier de fixer des garde-fous ; tout le reste est l’affaire du Conseil d’Etat. Pour bien se positionner sur le marché du travail, l’Etat employeur doit se mesurer à des entreprises comparables. Certains députés ne l’ont toujours pas compris et continuent de penser que les employés d’Etat sont privilégiés. Dans ce contexte, la FMEP compte bien préserver les conditions de travail actuelles des employés d’Etat et s’engager encore et toujours pour des conditions de travail concurrentielles et modernes.

  retour