La chronique de Stella

Certains l’aiment chaud

L’été passé, le troisième le plus chaud jamais enregistré, la Suisse a connu une forte vague de chaleur. Du côté de la nature, cela s’est traduit par une pénurie d’eau, de mauvaises récoltes et un danger accru d’incendies. Mais les conséquences n’étaient pas moins catastrophiques pour l’homme – et je ne parle pas des pieds qui gonflent et de la transpiration. Une étude menée à Harvard indique que notre cerveau souffre lui aussi de la chaleur. Il travaille plus lentement et ses performances diminuent. Les médias l’ont même écrit dans leurs titres : « la chaleur nous rend stupides ».

Cependant, d’après une étude récemment publiée, les hommes et les femmes ne réagiraient pas de la même manière en cas de forte chaleur. Apparemment, les femmes sont plus productives lorsqu’il fait chaud au bureau. Les sujets de l’étude devaient réaliser une série de tâches à différentes températures. Si l’on en croit les résultats, les femmes atteignaient leurs meilleures performances dans des locaux entre 30 et 33 degrés, tandis que la productivité des hommes baissait au fur et à mesure que la température augmentait. C’est à 20 degrés qu’ils étaient au top de leur forme.

La gent féminine est plutôt frileuse. Je peux le confirmer, j’appartiens à cette catégorie. Et cela a été démontré : la température où les femmes se sentent bien est supérieure de 3 degrés en moyenne à celle des hommes. Les scientifiques qui ont mené cette étude souhaitent reproduire l’expérience, mais sur une plus longue durée. Ils espèrent ainsi pouvoir formuler des recommandations sur la température adéquate pour le personnel et mettre ainsi un terme aux conflits qui opposent les femmes et les hommes sur le sujet.

En écrivant ces lignes, je réfléchis moi aussi à une solution pour résoudre cette crise thermique. Je crains toutefois que mon poste de travail ne soit pas assez chauffé, ce qui expliquerait pourquoi mes neurones ne suivent pas.

Les querelles liées au réglage du thermostat sont donc reparties pour un tour !

 

  retour