INFO corona­virus

News


 26.10.2020

Au vu de l’évolution sanitaire, le Département de l’économie et de la formation a décidé d’instaurer le port du masque généralisé pour tous les élèves des cycles d’orientation du Valais.

Cette mesure entrera en vigueur dès le mercredi 28 octobre pour les élèves haut-valaisans et dès lundi 2 novembre pour les élèves du Valais romand. 

Concernant l’éducation physique, les activités pour lesquelles la distance peut être respectée doivent être privilégiées (mêmes recommandations que pour l'enseignement secondaire II général et professionnel).

Dans les espaces extérieurs (transport public ou scolaire, cour d'école, etc.) et intérieurs des établissements scolaires, le port du masque est obligatoire pour tous les élèves du cycle 3.
L'achat des masques est de la responsabilité parentale. Toutefois, les directions d'école veilleront à distribuer des masques aux élèves durant la première semaine de mise en œuvre de la mesure.
 

Points de presse - vidéos

Point de presse - 30 avril 2020, 14.00h

Deuxième phase de déconfinement dès le 11 mai

Version française (traduite)

 

Version originale (VO)

 

Point de presse 24 avril 2020, 10.30h

Point de presse avec la conseillère d’Etat Esther Waeber-Kalbermatten, le conseiller d'Etat Christophe Darbellay et le conseiller d'Etat Frédéric Favre.

Version française (traduite)

 

Version originale (VO)

 

9 avril 2020, 14.00h - Conférence de presse

Version française (traduite)

 

Version originale (VO)

 

Point de presse 6 avril 2020, 12.45h

Point de presse avec le Conseiller fédéral Alain Berset, le Président du Conseil d’Etat valaisan Roberto Schmidt (VS) et la Conseillère d’Etat Esther Waeber-Kalbermatten (VS). 

Version française (traduite)

 

Version originale (VO)

 

Stratégie de lutte contre l’épidémie de COVID-19

Fin octobre, le Conseil fédéral a étendu le catalogue des mesures en vigueur en Valais à l’ensemble de la Suisse. Les mesures du Conseil fédéral constituent ainsi une base commune pour lutter contre l’épidémie au niveau national. Les cantons peuvent aller plus loin dans les mesures pour lutter contre l’épidémie, en fonction de leur situation spécifique. Le Valais est actuellement un des cantons suisses les plus touchés par la pandémie de COVID-19. Le 22 octobre 2020, face à l’augmentation exponentielle des cas et des hospitalisations, les autorités valaisannes ont déjà mis en place des mesures contraignantes pour lutter contre l’expansion de l’épidémie tout en préservant le plus possible l’économie locale. Le 4 novembre 2020, le Conseil d’Etat valaisan a en plus pris la décision de fermer les établissements de restauration à partir du 6 novembre 2020 à 22 heures afin d’infléchir de manière significative la courbe des cas de COVID-19 et pour éviter une saturation de son système hospitalier.

Concepts de protection

La Confédération exige de tous les établissements et des prestataires de services qui peuvent offrir leurs services la mise en place préalable d’un concept de protection. L'obligation d'élaborer un concept de protection incombe aux entreprises et exploitants.

 

Situation épidémiologique en Valais 

Les statistiques concernant la situation épidémiologique pour le canton du Valais présentent l’évolution quotidienne du nombre de cas ainsi qu’une synthèse hebdomadaire qui englobe notamment les statistiques sur le nombre de personnes testées positives, les hospitalisations ainsi que les décès liés au COVID-19.

Organisation au niveau cantonal

La problématique du coronavirus est gérée au niveau valaisan par le médecin cantonal, qui est en contact étroit avec l’Office fédéral de la santé publique.

Le médecin cantonal a mis en place un groupe de coordination. Il réunit l’Hôpital du Valais, l’Unité cantonale des maladies transmissibles et l’Organisation cantonale valaisanne des secours. Il bénéficie également de l’appui stratégique et logistique de l’Organe cantonal de conduite, qui dispose de toutes les compétences nécessaires pour la gestion d’événements extraordinaires.

Depuis le mois de janvier, les médecins et les centres hospitaliers du canton sont informés régulièrement par le médecin cantonal de la situation et des mesures à prendre en présence d’un cas suspect ou d’un cas confirmé. Les autorités sanitaires adaptent le dispositif de lutte en collaboration avec les hôpitaux, l’Organisation cantonale valaisanne des secours et l’Office fédéral de la santé publique.

Questions fréquemment posées

Une vue d’ensemble sur les mesures de protection est également disponible sur le site de Promotion Santé Valais, dont un catalogue de FAQ sur la quarantaine. 

Des informations détaillées sur le coronavirus ainsi qu'une liste très complète de réponses aux questions fréquemment posées est disponible sur le site Internet de l’Office fédéral de la santé publique.

L'ordonnance et les explications du Conseil fédéral sur les mesures destinées à lutter contre le coronavirus sont consultables ici

Selon la stratégie d’endiguement décidée par la Confédération, toute personne présentant des symptômes du COVID-19 doit être testée le plus rapidement possible. Toute personne ayant des symptômes s’apparentant à ceux du COVID-19 est invitée à faire une auto-évaluation sur www.coronacheck.ch ou l’application EchoSOS et à se rendre dans un des centres de test ou un cabinet médical, si l’outil d’évaluation le recommande. Les personnes testées positives et leurs contacts sont isolés de manière à empêcher la propagation du virus.

Les personnes testées positives au COVID-19 sont isolées à domicile pendant au moins 10 jours et 48 heures après la disparition des symptômes. Leurs contacts sont mis en quarantaine à la maison pendant 10 jours. Seuls les cas sévères sont hospitalisés, comme recommandé par l’Office fédéral de la santé publique. Les filières de soins sont bien séparées tant dans les établissements sanitaires que dans les cabinets médicaux afin d’éviter la propagation du virus.

Les personnes dont s’occupent les proches aidants sont vulnérables. Afin de protéger leur proche, les personnes aidantes doivent veiller à respecter strictement les consignes du Conseil fédéral, limiter autant que possible leurs contacts avec l’extérieur et accepter l’aide d’autrui. L’Office fédéral de la santé publique détaille ces recommandations

L’Office fédéral de la santé publique a émis une série de recommandations à l’intention des milieux professionnels. Il s’agit autant de recommandations générales que de mesures de précaution à l’intention des personnes particulièrement vulnérables, qui se retrouvent au centre de la stratégie de gestion de l’épidémie. Les informations utiles concernant la réduction de l’horaire de travail (RHT) en lien avec le coronavirus sont disponibles sur la page internet du Service de l'industrie, du commerce et du travail

NON, votre employeur peut seulement exiger de son employé/travailleur qu’il subisse un contrôle médical. Le/la médecin consulté.e (en principe le/la médecin traitant) est le/la seul.e à pouvoir décider des examens médicaux nécessaires. 

OUI, votre employeur peut exiger un certificat médical si l’employé/travailleur ne vient pas travailler de sa propre décision (après 3 jours d’absence). 

NON, votre employeur ne peut pas exiger de certificat médical, si l’employé/le travailleur reste chez lui pour protéger les autres employés/travailleurs sur le lieu de travail conformément aux instructions de son employeur (inaptitude au travail). Là l’employé/le travailleur n’a pas à prouver son absence du travail par certificat médical. 
 

NON, un médecin n’a pas d’obligation de par la loi d’établir de certificat médical. Toutefois, le patient qui a dûment consulté son médecin traitant est en droit d’attendre un certificat médical, cas échéant d’arrêt de travail. Il appartient au seul médecin consulté de juger le plus objectivement possible si l'état de santé de son patient est compatible avec la reprise de son activité professionnelle ou non. 

OUI, exceptionnellement, un médecin traitant qui connaît son patient et ses pathologies peut juger de façon limitée si la prétendue incapacité de travail existe avant qu’il examine le patient. La durée de la rétroactivité ne devrait pas excéder quelques jours voire tout au plus une semaine. 
Un certificat médical rétroactif doit dans tous les cas contenir les éléments suivants: 
1) date du début de l’incapacité de travail, 
2) date de l’établissement du certificat médical et
3) date du premier traitement ou de la première consultation. 

Comment prendre soin de vous, de vos proches et du système de santé ?

  • Restez à la maison, en particulier si vous êtes âgé ou malade. Sauf si vous devez aller au travail et ne pouvez pas travailler à domicile; sauf si vous devez aller chez le médecin ou à la pharmacie ; sauf si vous devez faire les courses ou aider quelqu’un.  
  • Utilisez le téléphone pour prendre des nouvelles de vos proches et de vos amis. 
  • Évitez les déplacements inutiles et les activités à risque.
  • Si vous prenez brièvement l'air, faites le seul ou avec les personnes habitant avec vous.

Maitenant, il faut tenir bon

Dans le cadre de sa stratégie d'assouplissement, l'OFSP a lancé son nouveau spot. 
« Maintenant, il faut tenir bon ».

Groupes à risque

Le Conseil fédéral et les autorités cantonales ont mis la protection des personnes particulièrement vulnérables et la prise en charge des cas sévères au cœur de son dispositif. Les tests de dépistage ne seront plus systématiquement effectués sur les personnes présentant des symptômes.

Quelles sont les personnes les plus à risque ?

  • Les personnes de 65 ans et plus
  • Les personnes de tout âge souffrant notamment d’une de ces maladies :
    • cancer ;
    • diabète ;
    • faiblesse immunitaire due à une maladie ou à une thérapie ;
    • hypertension artérielle ;
    • maladies cardio-vasculaires ;
    • maladies chroniques des voies respiratoires 

La Confédération a dressé une liste de recommandations spécifique pour ces groupes à risque. Afin de protéger au mieux ces personnes, de permettre aux services de santé de pouvoir gérer les cas sévères et de ralentir au mieux la propagation du virus, la stratégie prévoit actuellement que les malades qui ne nécessitent pas de prise en charge médicale ne sont en principe pas testés et restent à domicile volontairement en auto-isolement. Les contacts étroits d’un cas confirmé sont invités à rester à domicile en auto-quarantaine

Voici comment nous protéger

En cas de symptômes, se faire tester tout de suite et rester à la maison.

Chaque fois que c’est possible, fournir ses coordonnées pour le traçage.

En cas de test positif : isolement. En cas de contact avec une personne testée positive : quarantaine.

 

 

 

 

 

AVEZ-VOUS UN PROBLÈME DE SANTÉ ?

Suivez les consignes du Conseil fédéral :
 

Garder ses distances.

Recommandé : un masque si on ne peut pas garder ses distances.

Se laver soigneusement les mains.

Éviter les poignées de main.

Tousser et éternuer dans un mouchoir ou dans le creux du coude.

Toujours téléphoner avant d’aller chez le médecin ou aux urgences.

Si possible, continuer de travailler à la maison.
Si vous avez de la toux, de la fièvre, des problèmes respiratoires et/ou une perte soudaine du goût et de l’odorat :
  1. Vérifiez si votre état de santé nécessite une consultation médicale à l’aide du site www.coronacheck.ch.
  1. Si une consultation médicale est requise :
    • Préparez la liste de vos médicaments
    • Contactez par téléphone votre médecin traitant, un médecin de votre région (search.ch) ou la Hotline.
  1. Le médecin vous indiquera quoi faire et, si nécessaire, où et à quelle heure vous rendre pour des investigations complémentaires. Suivez bien les instructions du médecin.
  1. Si vous devez vous rendre à une consultation, prenez avec vous :
    • La liste de vos médicaments
    • Votre carte d’assuré
    • Les informations transmises par votre médecin traitant.
  1. Rendez-vous au lieu indiqué si possible en voiture.
    Sur place vous serez dirigé par du personnel.
  1. Vous serez pris en charge par les médecins et l’équipe soignante qui vous donneront les consignes pour la suite.

Pour tout autre problème de santé :

 
  • Contactez par téléphone votre médecin traitant sans tarder. N'attendez pas que votre état de santé se détériore.
  • Informez votre médecin si vous avez de la toux et/ou de la fièvre, même si ce n'est pas le motif principal de votre appel.
  • Si vous prenez des médicaments, préparez la liste avant d'appeler le médecin afin de pouvoir l'en informer.
  • Si vous n'avez pas de médecin traitant, contactez par téléphone un autre médecin de premier recours de votre région (search.ch).

Informations:

  • en d'autres langues     
  • en langue facile à lire   
  • en langue des signes   
Mise en garde contre des courriels envoyés frauduleusement au nom de l’OFSP (https://www.melani.admin.ch)