Communiqué de presse

Viaduc de Riddes - Assainissement planifié en 2021

23/07/2020 | Service de la mobilité

Le démarrage des travaux d’assainissement du Viaduc de Riddes est planifié pour le début de l’année 2021. Le but de l’Office fédéral des routes et du Canton du Valais est de restaurer le trafic pour les véhicules de plus de 3,5 tonnes à la fin de cette même année. La méthode pour la remise en état du viaduc a également été déterminée. L’ouvrage sera renforcé à l’aide de béton fibré à ultra-haute performance (BFUP). Il s’agit du même béton qui a été utilisé lors de l’assainissement du Viaduc de Chillon.

Depuis l’été 2019, le Viaduc de Riddes est fermé pour les véhicules de plus de 3,5 tonnes. Cette mesure de précaution a été prise à la suite d'une inspection qui a révélé divers types de dommages. Des investigations complémentaires importantes ont confirmé l’état de dégradation du pont et donc la pertinence des mesures prises.

Sur cette base, les autorités cantonales compétentes et l'Office fédéral des routes (OFROU) ont décidé de débuter un projet d’assainissement permettant de restaurer dans les meilleurs délais le trafic 40 tonnes sur l’ouvrage. Les analyses de variantes effectuées ont montré que la meilleure solution était de renforcer le viaduc gauche (côté Martigny) de façon à ce que celui-ci puisse accueillir l’ensemble du trafic en mode bidirectionnel. Le viaduc droit (coté Sion) qui ne sera plus ouvert à la circulation ne sera pas renforcé et fera l’objet d’un suivi de son état. Des travaux ponctuels seront entrepris pour assurer la fonctionnalité des bretelles entre le viaduc et l’A9.

La méthode pour le renforcement du viaduc gauche a également été déterminée. Le tablier du viaduc sera renforcé en utilisant un béton fibré à ultra-haute performance (BFUP). Il s’agit du même type de béton qui a été utilisé pour la réfection du viaduc de Chillon en 2014/2015. La surcouche de BFUP augmentera la résistance structurelle de l’ouvrage et, servira aussi en tant que couche de protection pour étancher les bétons ce qui ralentira la progression des dommages constatés sur les bétons et les armatures.

Ces travaux permettront de prolonger la durée de vie de l’ouvrage, propriété de la Confédération et du Canton, de dix à quinze ans au moins. La méthode pourra être mise en oeuvre dans un délai relativement court. Au lieu des deux à trois ans initialement envisagés, les travaux s’achèveront au bout d’une année déjà. Leur démarrage est prévu début 2021. Durant les travaux, le viaduc restera ouvert pour les véhicules en-dessous de 3,5 tonnes. Par contre des fermetures temporaires des embranchements de la jonction seront nécessaires. Le but est d’achever les travaux et de restaurer le trafic pour les véhicules de plus de 3,5 tonnes avant la fin 2021.

À ce stade, les travaux sont estimés à 12 millions de francs, pris en charge à hauteur de 65% par la Confédération et 35 % par le Canton. Par la suite, l’étude des variantes concernant l’avenir de cet ouvrage, de la jonction autoroutière et de la route cantonale sera effectuée pour déterminer les mesures définitives à prendre à moyen et long terme.