Communiqué de presse

Crapauducs au lac de Morgins - Diminution significative du nombre de batraciens écrasés

10/05/2019 | Service des forêts, des cours d'eau et du paysage

Les crapauducs installés en 2015 sous la route internationale du Pas-de-Morgins ont permis de diminuer significativement le nombre de batraciens écrasés chaque printemps lors de leur migration. Un monitoring sur trois ans effectué par un bureau spécialisé, mandaté notamment par le Service des cours d’eau, des forêts et du paysage (SFCEP), a permis de démontrer l’efficacité du dispositif ainsi que la nécessité de certaines adaptations.

Afin d’évaluer l’efficacité des trois crapauducs construits en 2015 sous la route du Pas-de-Morgins le long du lac, un mandat de suivi d’efficacité a été confié à un bureau privé par le SFCEP, la commune de Troistorrents et Pro Natura. Les résultats de ce monitoring mené entre 2015 et 2018 ont montré que ces « passages sous voies » pour batraciens induisent une nette diminution du nombre d’individus écrasés sur la route. En effet, si 1000 batraciens écrasés étaient recensés avant la construction des crapauducs, ce nombre a chuté d’un tiers à 600 individus en 2016 et encore d’un tiers à 300 individus en 2017. En 2018, suite à un enneigement exceptionnel et tardif qui empêchait l’accès aux crapauducs en période de migration des batraciens, le taux de mortalité est remonté confirmant de ce fait les résultats positifs des observations menées en 2016 et 2017.

Compte-tenu de la situation particulière de 2018, des mesures de déneigement des crapauducs seront mises en place en fin d’hiver. Le monitoring a de surcroît montré qu’une grille d’évacuation d’eau agissait comme un piège dans lequel tombaient certains batraciens. C’est pourquoi une rampe sera installée sous cette grille en guise d’échappatoire.

Le monitoring a été effectué à l’aide de deux méthodes. Premièrement, par un comptage des batraciens écrasés sur la route. Deuxièmement, par un relevé du nombre d’individus utilisant les crapauducs lors de leur migration, à l’aide de barrières amovibles et de seaux interceptant les animaux à la sortie des tunnels.

Le lac de Morgins est l’un des principaux sites du Valais pour la reproduction des batraciens. Chaque année en avril-mai, plusieurs milliers de crapauds communs, grenouilles rousses et tritons alpestres migrent ainsi entre les coteaux et le lac. Certains sont alors fauchés par les voitures empruntant l'itinéraire du Pas-de-Morgins. Face à cette hécatombe saisonnière, dans les années 1980-90 des bénévoles ont à plusieurs reprises ramassé et déplacé dans des seaux les animaux jusqu'au lac. En 2004-2005, deux crapauducs ont été installés entre Morgins et le sud du lac, complétés en 2015 par trois autres au nord du lac. Projet unique pour le Valais, mais aussi pour la Suisse au vu de son ampleur, les différents partenaires avaient alors émis le souhait qu'un suivi d'efficacité soit effectué.