Communiqué de presse

Le covoiturage a du potentiel dans le Valais

19/06/2017 | Service de la mobilité

Pendant deux ans, deux régions du Valais ont offert la possibilité de déployer le réseau de covoiturage PubliRide. Ce projet a permis de tester de nouvelles formes de mobilité dans le Valais. CarPostal, le Canton du Valais et Chablais Région étaient à l’origine de ce test qui s’achève à la fin du mois de juin.

Deux ans après son lancement, les partenaires impliqués achèvent, comme prévu, le projet pilote PubliRide Valais à la fin du mois de juin 2017. PubliRide a permis de faire du covoiturage en toute simplicité: il suffisait de télécharger l’application flinc sur son smartphone ou de se rendre sur le site web pour rechercher ou proposer des offres de covoiturage. En cas de correspondance, l’utilisateur recevait automatiquement des propositions pour le trajet et l’heure souhaités. Mais PubliRide était plus qu’une simple plateforme de covoiturage: outre les offres de covoiturage, le site indiquait les connexions avec les transports publics pour le trajet souhaité à une heure définie.

Cette offre concernait la commune de Vionnaz (PubliRide Vionnaz) et la région regroupant les quatre communes d’Ayent, d’Arbaz, de Grimisuat et de Savièse (PubliRide Lienne-Morge). CarPostal, le Canton du Valais et Chablais Région ont mené ensemble le projet PubliRide dans le Valais. L’entreprise de transport a introduit le système et configuré un accès spécial pour chacune des deux régions test dans le Valais en s’appuyant sur la plateforme en ligne de la société allemande flinc GmbH, qui a développé et exploite le réseau de covoiturage. Ces accès seront supprimés d’ici à la fin de juin 2017. Les utilisateurs et utilisatrices ont d’ores et déjà été informés de la clôture du projet pilote.

Le covoiturage comme complément aux transports publics Le projet a fourni des indications pour le développement des services de covoiturage. Cela a lancé des discussions et permis un échange sur les possibilités offertes par les nouvelles formes de mobilité. L’une des principales conclusions est que le Valais recèle d’un potentiel certain pour le covoiturage. Les habitants des quatre communes situées au-dessus de Sion, en particulier, ont régulièrement formé des groupes de covoiturage pour se rendre dans la vallée ou en revenir. PubliRide représentait un service pratique venant compléter l’offre des transports publics. Le test a révélé qu’aux heures de pointe, il existe un grand potentiel pour accroître le nombre d’offres de covoiturage.

Intérêt pour le covoiturage aux abords de Sion

Après deux années de test, le nombre d’utilisateurs n’est pas aussi élevé qu’espéré initialement (PubliRide Lienne-Morge : 208 membres enregistrés / PubliRide Vionnaz : 81 membres enregistrés). Néanmoins, l’utilisation régulière de PubliRide par certains utilisateurs montre que des Valaisans et Valaisannes de tous âges recourent volontiers à de tels services. Ce sont surtout les liaisons entre les quatre communes (Savièse, Grimisuat, Ayent et Arbaz) et Sion qui se prêtent au covoiturage. Par ailleurs, cette forme de mobilité partagée contribue à désengorger les principaux axes de circulation très fréquentés. Par exemple, au mois de mai 2017, les utilisateurs de PubliRide Lienne-Morge ont proposé 330 offres et recherché 591 demandes de covoiturage; toutes se limitaient aux jours de la semaine. Cela représente en moyenne 11 offres et 20 demandes de covoiturage par jour.

Une question de temps

Le projet a clairement mis en évidence que la constitution d’un réseau de covoiturage nécessite du temps et que certaines communes sont simplement trop petites pour que la gestion d’une telle plateforme aie du succès à long terme. En outre, pour acquérir suffisamment de participants (conducteurs et passagers), il est impératif de mener régulièrement des campagnes d’incitation.

Prochaines étapes

Afin d’utiliser les enseignements de ce test, les partenaires du Mobility Lab Sion-Valais ont lancé une enquête menée par le Laboratoire de sociologie urbaine de l’EPFL. Celle-ci analysera, entre autres, les attentes et retour d’expériences des utilisateurs de PubliRide, les conditions de succès du covoiturage et des alternatives aux transports en commun. Sur la base de ces résultats d’analyse, la Ville de Sion évaluera, en coopération avec CarPostal et le Canton du Valais, l’opportunité de mettre sur pied une nouvelle offre de covoiturage accompagnée d’éventuelles mesures d’incitation.