Retour

Pascal Seiler lauréat du Prix culturel 2016 du canton du Valais

09.06.2016 | Communiqué de presse | Service de la culture

L’artiste visuel haut-valaisan Pascal Seiler reçoit le Prix culturel 2016 de l’Etat du Valais. Les trois Prix d’encouragement vont à trois jeunes artistes: la comédienne Noémie Schmidt, la photographe Andrea Ebener et l’artiste hip-hop KT Gorique. Pour la sixième année consécutive, un Prix spécial est également décerné à une personne ou à un groupe de personnes travaillant en faveur du développement culturel. La lauréate est la galeriste sédunoise Suzanne Bolli. La cérémonie de remise des prix se tiendra le 18 novembre 2016 dans le Haut-Valais.

Le lauréat 2016 du Prix culturel de l’Etat du Valais est né à Steg en 1965. Pascal Seiler s’est formé à l’Ecole des Beaux-Arts à Sion où il a obtenu son diplôme en 1990. Actuellement, il vit et travaille à Gampel et Zürich. Depuis 2002, il expose régulièrement seul ou avec d’autres artistes, en Suisse et à l’étranger (Galerie Paul Hafner à St.Gall, Galerie Ilka Klose à Würzburg, FAC à Sierre, Galerie de la Ferronnerie à Paris, Galerie Winter à Berlin, Galerie de la Ferme-Asile à Sion, …). Il a déjà reçu plusieurs Prix, dont celui d’encouragement de l’Etat du Valais en 1989. Depuis les années 1990, Pascal Seiler réalise des paysages à l’acrylique, jouant avec des motifs grillagés et des effets d’optique. S’émancipant de la peinture et de la planéité du support, il se tourne depuis quelques années vers la sculpture, jouant avec les propriétés du polyester et avec les techniques de numérisation tridimensionnelle. L’œuvre récemment acquise par le Musée d’art du Valais (Ohne Titel, 2012) est représentative de ses travaux actuels, à mi-chemin entre la composition surréaliste et les figures populaires de Jeff Koons. Une part importante de son travail est consacrée à ses recherches liée au domaine de l’architecture. Ses interventions artistiques dans le bâti sont notamment visibles à Varen, Zürich, Brig, Visp, Naters ou Winterthur.

Prix d’encouragement à trois jeunes femmes de talent

Née à Sion en 1990, Noémie Schmidt a suivi les cours de théâtre de Bernard Sartoretti au Teatro Comico (Sion), avant de poursuivre sa formation au Conservatoire de Sion et au Théâtre de la Monnaie à Bruxelles (chant lyrique) et à l’Ecole internationale de Théâtre Lassaâd de Bruxelles (théâtre). Après s’être fait remarquer dans plusieurs courts métrages, elle entame une fulgurante carrière de comédienne et apparaît dans plusieurs longs métrages français à succès : elle joue le rôle principal aux côtés de Claude Brasseur dans « L’Etudiante et Mr. Henri » en 2015, rôle qui lui vaudra une nomination aux Révélations des Césars 2016 ; elle enchaîne avec le rôle d’Henriette dans « Versailles », la série télévisée de Canal+ ; elle sera prochainement sur les écrans  dans « Radin » de Fred Cavayé, aux côtés de Dany Boon.

Après avoir suivi les cours de l’ECAV (Ecole cantonal d’art du Valais) à Sierre et de l’Hyperwerk à Bâle où elle obtient un « Bachelor of Arts in Postindustrial Design», Andrea Ebener (née en 1987) est aujourd’hui basée à Zürich où elle se consacre entièrement à la photographie. Si la thématique de l’autoportrait l’interpelle tout particulièrement, le paysage revisité «avec un touche de bucolisme légèrement morbide : animaux empaillés, crânes bovins…» l’intéresse également. Elle expose régulièrement ses travaux, seule ou en groupe, dans les galeries suisses importantes.

Danseuse, rappeuse et actrice suisse, KT Gorique est sicilienne par son père et ivoirienne par sa mère. Elle a grandi en Suisse à Martigny, où elle s’exerce à la danse hip-hop et à l’écriture depuis l’âge de 12 ans. Elle rejoint l’équipe de « Frères Incendie » et monte sur scène dans la sphère hip-hop de Suisse. En 2012, elle devient championne de Suisse End Of the Weak, en freestyle, compétition de référence en improvisation rap, et participe aux championnats du Monde à New York. Elle décroche le titre de championne du monde End Of the Weak 2012, et devient la première femme à remporter ce titre prestigieux. Tout en poursuivant ses études en sciences sociales à la HES - SO de Sierre, elle a tenu le rôle principal dans « Brooklyn », le long métrage consacré au hip hop du français Pascal Tessaud, et vient d’enregistrer « Tentative de survie », son premier album en solo.

Le Prix spécial 2016 à la galeriste sédunoise Suzanne Bolli

Directrice de la Galerie de la Grande Fontaine à Sion, Suzanne Bolli y propose ses coups de cœur depuis 1984. Artistes confirmés ou jeunes talents en qui elle croit et qui semblent promis à un beau parcours. Plus de 200 expositions individuelles et collectives (9 à 10 par an) ont permis à autant d'artistes de présenter leur travail à un large public de curieux et de connaisseurs. Épaulée depuis quelques années par sa belle-fille, Effi Szopinski-Bolli, Suzanne Bolli fête cette année ses 30 ans à la tête de la Galerie de la Grande Fontaine. Elle organise à cette occasion une exposition d’autoportraits réalisés par les artistes qu’elle a invités durant ces 30 années.

Remise des Prix culturels depuis 1980

La création des Prix culturels de l’Etat du Valais remonte à 1980. A cette époque, le Conseil d’Etat avait décidé de remettre chaque année le Prix culturel de l’Etat du Valais à un/une artiste (ou groupe d’artistes) valaisan/ne ou établi/e en Valais. Ce prix d’un montant de 20'000 francs couronne l’ensemble d’une carrière confirmée et reconnue. Attribués depuis 1982, les trois Prix d’encouragement récompensent le travail de jeunes artistes de talent qui se trouvent à un tournant important de leur carrière. Dotés de 10’000 francs chacun, ces prix s’entendent comme un signe de reconnaissance fort, une incitation à poursuivre leur cheminement. Depuis 2011, un Prix spécial doté de 10'000 francs est décerné à des personnes ou à des groupes innovants en matière de médiation ou de réalisation culturelle et qui contribuent par leur travail « en coulisse» au développement culturel du canton.

 

Téléchargements

Communiqué pour les médias Biographies Visuels