Canal 9 présente Cosmopolis

31.05.2017


Le magazine de l’action sociale et de l'intégration

Täsch et Zermatt - Les défis de l’intégration

L’émission Cosmopolis prend la direction du Haut-Valais, dans le village de Täsch et la station de Zermatt où de nombreux migrants cohabitent. La station fourmille de touristes et de saisonniers, de locaux et d’étrangers, des gens venus travailler dans la restauration, l’hôtellerie ou sur les chantiers. Ces personnes ont établi domicile  dans la région, ils ont fondé des familles et, aujourd’hui, leurs enfants fréquentent l’école. Zermatt compte environ 30 nationalités différentes représentées sur le territoire, 40% de la population est étrangère et la plupart de ces personnes viennent du Portugal qui représente une communauté de 1’100 personnes, sans compter les saisonniers.

Une déléguée à l’intégration a été engagée en 2015 pour veiller au soutien et à l’information de ces populations. Eva Jenni est installée dans le bureau de l’intégration régional à Täsch et elle souhaite que cette offre se diffuse à toute la population migrante qui vient d’arriver sur le territoire, qui est là pour la saison ou qui est établie depuis de nombreuses années. Son rôle est de promouvoir l’apprentissage de la langue allemande à cette population, de l’informer sur les règles de la commune, elle peut aussi donner des informations très pratiques sur le fonctionnement de la taxe au sac ou sur la déclaration d’impôts. “Certaines personnes ne savent pas nécessairement que nous pouvons boire l’eau du robinet ici, explique la déléguée. C’est une information simple mais utile. Mon rôle est de faire en sorte qu’ils comprennent bien le système de vie commune, les règles au quotidien, quels sont leurs devoirs et leurs droits, à quoi ils doivent faire attention. C’est toujours une question individuelle.”

Eva Jenni est bien consciente du défi que représente l’intégration dans la région. Le fait d’avoir une grande communauté portugaise au sein des villages et de la station a eu comme conséquence de voir l’apparition d’un village à l’intérieur d’un village. “Ils s’organisent ensemble, ils vivent ici mais ils font tout à l’intérieur de leur communauté. Dans cette situation, ils ne sentent pas de pression pour apprendre l’allemand et je crois que c’est un gros défi pour l’intégration. Ils parlent souvent bien le français ou l’italien et ils pensent que ça suffit.” Eva Jenni pose alors la question de la responsabilité de la communauté zermattoise ou des patrons qui ne mettent pas de pression sur leurs employés pour apprendre l’allemand correctement ou qui font l’effort de leur parler dans une autre langue.

Lorsque les élèves passent par la case “école”, l’intégration se fait beaucoup plus facilement. Durant les deux premières années, ils suivent des cours d’allemand seconde langue de manière régulière. L’école offre même des cours d’allemand parent-enfant une année avant l’entrée en classe enfantine. Puis, durant l’école primaire, l’élève poursuivra son cursus scolaire normal, avec des cours d’appui selon son niveau d'allemand. À l’école, seuls 30% des élèves parlent l’allemand comme langue maternelle. Les enseignants doivent donc faire preuve de beaucoup de créativité pour enseigner à 70% d’allophones. Ils doivent enseigner “à la carte”, de manière individuelle, en utilisant beaucoup d’éléments sonores et visuels dans toutes les branches.

Täsch et Zermatt - Les défis de l’intégration
Canal9/Kanal9 - Marianne Tremblay - Fabien Gillioz (journalistes) - Didier De Iaco (réalisateur)
En partenariat avec le Département de la santé, des affaires sociales et de la culture (DSSC) et le Département de la sécurité, des institutions et du sport (DSIS).

Diffusions : mercredi 31 mai 2017, rediffusions toutes les heures et le week-end.